Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a présidé le lundi 2 octobre 2017 à Ouagadougou, l’audience solennelle de rentrée judiciaire 2017-2018 sur le thème : « Les rapports entre les juridictions communautaires africaines et les juridictions nationales ».
A l’issue de la cérémonie, le Président du Faso s’est exprimé sur le thème de cette rentrée.
Le Président du Faso a expliqué que ce thème est un appel à l’État burkinabè et non au gouvernement uniquement car, dira-t-il, « le constat général c’est de voir quels sont les rapports que nous devons avoir entre les juridictions nationales et les juridictions communautaires ».
Selon le chef de l’État, « il apparaît que cela doit être des rapports de coopération beaucoup plus que des rapports de conflit. Cela signifie qu’il y a un intérêt majeur à ce que nous essayons de faire en sorte de pouvoir non seulement définir les normes et les compétences de chaque juridiction afin d’éviter des conflits inutiles qui se posent entre ces différents types de juridiction puisqu’il s’agit de crédibiliser la justice aussi bien au plan national qu’au plan communautaire ».
Le Président du Faso a expliqué que ce thème est aussi adressé à l’ensemble des pays membres des organisations communautaires comme la CEDEAO, l’UEMOA et l’OHADA, dont le Burkina Faso fait partie, afin qu’au niveau des chefs d’Etat, ils puissent faire en sorte que les décisions de justice prises au niveau communautaire puissent être appliquées parce que l’objet de la création de ces instances communautaires est de favoriser l’intégration.
« Si nous-mêmes nous ne crédibilisons pas ces instances, il est évident
qu’elles n’ont pas de sens. L’intérêt d’une décision de justice c’est qu’elle soit appliquée. Donc, c’est une interpellation qui a été faite aux chefs d’Etat; nous en prenons acte et nous verrons au cours de nos prochaines réunions avec les différents chefs d’Etat comment nous pourrons prendre des engagements dans ce sens pour permettre de crédibiliser nos institutions communautaires », a ajouté le Président Roch Marc Christian KABORE.
Le chef de l’État à profité du micro des hommes de média pour souhaiter une bonne rentrée judiciaire 2017-2018 aux juges et aux magistrats et leur dire que c’est une « occasion d’introspection pour voir ce qui a déjà été fait, les insuffisances, ce que nous devons faire pour améliorer la justice dans notre pays sur l’année à venir »
Il les a exhortés à travailler à être en phase avec leur peuple parce que la Justice qui est rendue l’est au nom du peuple burkinabè. « Nous devons travailler à ce que les décisions de justice participent non seulement à la consolidation de la paix sociale, mais également au renforcement du tissu social dans notre pays », a réaffirmé le Président Roch Marc Christian KABORE.
Il a également profité de l’occasion pour lancer un appel à l’ensemble des Burkinabè : « Il faut que quelque part, nous fassions confiance à notre justice et que conformément à ce que tout le monde a demandé, nous respections également l’indépendance de la justice pour laisser les juges et les magistrats trancher en toute quiétude, en tout respect des droits des uns et des autres de manière à ce que nous puissions sortir grandis dans la consolidation de l’Etat de droit et de la démocratie dans notre pays ».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso