Tribunal de grande instance et Maison d’arrêt et de correction de Pô : Les travaux officiellement lancés, « 2 milliards 600 millions de FCFA pour un délai d’un an » Le ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique, Garde des Sceaux, Bessolé René BAGORO a posé officiellement dans la matinée du vendredi 30 mars 2018, la première pierre du Tribunal de grande instance et de la Maison d’arrêt et de correction de Pô. Tout comme la population mobilisée aux côtés du chef coutumier Pô pê, le gouvernement était mobilisé aux côtés du ministre BAGORO. En effet, le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale, Pr Seyni OUEDRAOGO, le ministre des Sports et loisirs, Daouda AZOUPIOU et la Secrétaire d’Etat à l’Aménagement du territoire, Pauline ZOURE/KABORE ont assisté à la cérémonie. La construction de la juridiction de Pô va coûter respectivement 801 millions de FCFA pour le Tribunal de grande instance (TGI) et 1 milliard 600 millions de FCFA pour la Maison d’arrêt et de correction (MAC). Cette œuvre qui doit s’achever dans 12 mois, s’inscrit selon le Garde des Sceaux, dans le programme présidentielle à savoir renforcer l’indépendance de la Justice, mais rendre également accessible la Justice en réduisant les distances psychologique, financière et géographique. Il a énuméré comme avantages pour la population de la province du Nahouri, non seulement la réduction des distances pour l’établissement de casiers judiciaires et certificats de nationalité, la saisine d’une juridiction mais également la réduction de la population carcérale par le désengorgement de la MAC de Manga… Dans la même veine, le premier adjoint au maire de Pô, Assane GOMGNIMBOU a souligné la joie des habitants de sa cité qui n’auront plus besoin d’aller à Manga pour le règlement de litiges ou la délivrance d’actes. Tout comme l’adjoint au maire, le chef coutumier de Pô exprimé sa satisfaction et remercié le gouvernement. Depuis la politique de régionalisation du pays, a fait savoir le Pô pê, la province du Nahouri sollicitait un Tribunal de grande instance et une Maison d’arrêt et de correction. « Nous les avons aujourd’hui. Nous bénissons les personnes par qui c’est arrivé et nous disons toute notre joie au gouvernement… », s’est réjoui le sage. La pose de la première pierre a eu lieu sur le site de la MAC. Les officiels ont ensuite visité le chantier du TGI déjà commencé en vue de respecter le délai.