En marge de la rencontre de travail sur le plan d’action national de lutte contre l’apatridie, la représentante résidente du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), Mme Ioli Mimyaci, accompagnée de collaborateurs a été reçue en audience par le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Bessolé René Bagoro.

« Nous avons discuté de la loi sur l’apatridie que nous voulons que le Burkina Faso adopte. Nous avons échangé aussi sur le sommet de haut niveau sur l’apatridie qui aura lieu à Genève le 7 octobre prochain et nous avons sollicité la participation du ministre », a confié Mme Ioli Mimyaci à sa sortie d’audience.

Au sommet de haut niveau à Genève, a indiqué la représentante résidente de l’UNHCR, il s’agira de faire une sorte d’évaluation à mi-parcours de la campagne de lutte contre l’apatridie. Egalement, « cette tribune permettra aux Etats de prendre des engagements sur des actions significatives à mettre en œuvre au cours des années à venir ».

Le ministre de la Justice avait à ses côtés, son directeur de cabinet, Safériba Issa Fayama, le secrétaire général du ministère, Théophile Sawadogo, le conseiller technique Prosper Tapsoba et le chargé de missions Boureima Yaméogo.

Bachirou NANA