La direction générale du Fonds d’assistance judiciaire (FAJ) a organisé ce jeudi 11 juillet 2019 à Réo dans la province du Sanguié, une campagne d’information et de sensibilisation, en vue de vulgariser en « français facile », les textes régissant l’assistance judiciaire au Burkina Faso.

La cérémonie était présidée par le maire de la commune de Réo, Dr médecin Louis Bazimo. En dépit des mesures du gouvernement qui s’inscrivent dans la politique de rapprochement de la justice du justiciable, a-t-il indiqué, « force est de constater que bon nombre de nos citoyens n’ont pas accès à la justice, car le seul rapprochement géographique n’est pas suffisant, encore faut-il que le pouvoir économique des justiciables leur permette d’y recourir, d’où la création du Fonds, pour soulager les populations indigentes ». 
Avec cette assistance judiciaire, a-t-il poursuivi, « toute personne ayant une cause défendable et dont le pouvoir économique ne lui permet pas de recourir aux juridictions, pourra désormais s’adresser à la commission d’assistance judiciaire du Tribunal de grande instance (TGI) de son domicile ».

Le maire avait à ses côtés le directeur général du Fonds d’assistance judiciaire, le magistrat Ilassa Porgo et la 1e adjointe au maire, Rose Marie Mme Bassolé/Kanziémo. On notait également la présence du 2e adjoint au maire et de la directrice provinciale de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire du Sanguié.

Les participants étaient composés de membres d’associations de jeunes, de femmes, de coutumiers et de religieux de la commune. La communication a été donnée par le directeur des opérations du FAJ, Joël Porgo. Les échanges modérés par le DG Porgo, ont permis d’éclairer davantage les participants sur le Fonds et divers points de droit.

L’assistance judiciaire s’entend du concours accordé par l’État aux personnes indigentes et à certaines catégories de personnes. Elle est applicable en matière sociale, civile, commerciale, administrative et pénale. Toute personne qui se trouve dans l’impossibilité, en raison de son indigence, d’exercer ses droits en justice, peut, après avis de la commission d’assistance judiciaire installée auprès du TGI du lieu de son domicile, bénéficier du concours du Fonds.

Karamogo DIABAGATE