DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA JUSTICE, DES DROITS HUMAINS ET DE LA PROMOTION CIVIQUE, GARDE DES SCEAUX
A L’OCCASSION DE LA CEREMONIE D’OUVERTURE DE LA
HUITIEME CONFERENCE ANNUELLE DU PERSONNEL DE LA GARDE DE SECURITE PENITENTIAIRE
Ouagadougou, le 03 juillet 2017
Centre national Cardinal Paul ZOUNGRANA
Honorables invités ;
Mesdames, Messieurs les participants ;
Je me réjouis de présider, ce matin et pour la première fois, la cérémonie d’ouverture de la conférence des personnels de la GSP, huitième du genre. Ma joie est d’autant plus grande qu’il s’agit de remettre en marche une tradition qui avait été interrompue dans sa dynamique, en raison des soubresauts socio-politiques traversés par notre pays.
Pour une reprise, cette huitième conférence ne manque pas de marquer les esprits en se saisissant des préoccupations de l’heure. En effet, vous avez décidé de vous pencher sur la thématique suivante : « Les réformes institutionnelles au sein de la Garde de sécurité pénitentiaire en adéquation avec les normes dans la mise en œuvre du Plan National de Développement Économique et Social ( PNDES) ». En choisissant un tel thème, la Garde de Sécurité Pénitentiaire s’inscrit en droite ligne des efforts déployés par les différentes institutions de la république, en vue d’accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre du Plan National de Développement Économique et Social.
Honorables invités ;


Mesdames, Messieurs les participants
Il m’apparait d’une vérité indéniable que les nouvelles formes de menaces qui s’imposent à notre sous-région, en général, et à notre pays, en particulier, commandent de nous de repenser les stratégies sécuritaires au niveau de nos forces de défense et de sécurité, dont la GSP.
Il est, en effet, impératif que les stratégies ainsi que les capacités opérationnelles soient mises en discussion pour tenir compte du contexte du terrorisme et de la montée des extrémismes de tout genre.
Par ailleurs, du point de vue de la philosophie carcérale, les actions et les pratiques au niveau de la GSP doivent prendre en compte, de façon efficace, les impératifs tenant à la réinsertion sociale des détenus.
Ces défis doivent indiscutablement induire des réformes courageuses et pertinentes au niveau de la GSP. Ces changements doivent traverser l’institution dans toute sa verticalité. C’est pourquoi j’apprécie hautement la présence de toutes les catégories professionnelles de la GSP. Si la GSP veut compter parmi les institutions respectées de ce pays, elle doit travailler à rendre utiles nos prisons, elle doit être à l’avant-garde de ce combat : celui qui permettra aux populations de comprendre que la peine d’emprisonnement a un sens et que la prison, au regard du professionnalisme de ceux qui y travaillent, est porteuse d’éducation et de changement vertueux.
Loin de moi l’idée de dire ici que vous portez l’exclusivité de la responsabilité d’un quelconque échec de la prison, mais vous détenez de grandes capacités pour la rendre utile à notre société.
Honorables invités ;
Mesdames, Messieurs les participants ;
L’évolution du niveau de conscience, la prégnance des réseaux sociaux et autres sources d’information, font que des institutions de type paramilitaire comme la GSP, doivent définir de nouveaux paradigmes en matière de commandement.
Les chefs doivent intégrer cette donne qu’ils ne peuvent plus commander comme de par le passé. En revanche, les subordonnés doivent intérioriser le fait que la considération qu’ils attendent de leurs chefs sera la contrepartie de leur professionnalisme, de leur loyauté et de leur intégrité. En clair, chacun à son niveau, doit aller vers un nouveau type de rapports en se laissant convaincre qu’il n’est plus possible de faire autrement.
Tous ces enjeux me font dire que nous n’avons pas eu tort de remettre en marche cette conférence annuelle du personnel de la GSP. Comme vous le savez sans doute elle a été instituée dans le but de permettre entre autres :
– le raffermissement de la cohésion au sein de la GSP;
– l’actualisation des connaissances et des pratiques pénitentiaires ;
– l’harmonisation des principes de commandement ;
– l’amélioration de la gestion des différents services de la GSP.
Mesdames et messieurs ;
Chers participants à cette huitième conférence,
Je connais et apprécie le dynamisme de la GSP. Je sais que fort de ce dynamisme et de la jeunesse de la plupart de ses acteurs, les débats seront pertinents et à même de déboucher sur des conclusions qui permettront à l’institution de contribuer au développement socio-économique du Burkina Faso.
A ce stade de mon propos, je voudrais reconnaitre et rendre hommage à mes devanciers à la tête du département de la justice qui ont porté sur les fonts baptismaux et fait grandir le corps de la GSP.
Je salue et félicite également les différentes hiérarchies qui ont permis à ce corps de s’affirmer dans le paysage sécuritaire de notre pays depuis sa création le 17 août 1984.
Je loue, enfin, le professionnalisme de l’ensemble du personnel de la GSP, à la retraite comme en activité, qui permet au corps d’être apprécié et félicité au double plan national et international.
Porté par cette conviction, je ne peux tout de même m’empêcher d’espérer de vous, que vos discussions ne perdent pas de vue la nécessité d’aller vers des réformes, de définir de nouvelles stratégies prenant en compte les standards internationaux en matière pénitentiaire et au-delà, les exigences de bonne gouvernance administrative.
Mesdames et messieurs
Il me serait fastidieux de vouloir relever dans un discours de circonstance comme celui de ce matin, les avancées enregistrées au niveau de la GSP. A tout point de vue, l’institution a évolué tant du point de vue quantitatif que qualitatif. Pour ma part, je ne doute pas que le meilleur est à venir en ce qui la concerne, et je m’y emploierai en étroite collaboration avec la hiérarchie et avec le concours de tout le personnel. C’est pourquoi, je reste convaincu que pour se donner toutes les chances de réussir, le personnel de la GSP dans son ensemble, doit travailler à renforcer davantage la discipline, à améliorer la communication et à privilégier l’esprit de dialogue, pour plus d’efficacité dans les missions qui lui sont assignées.
Mesdames et Messieurs communicateurs,
Je suis confiant en vos capacités et je n’ai aucun doute que vous saurez poser un diagnostic sans complaisance qui suscitera des débats pour aboutir à des thérapies efficaces.
Mesdames et messieurs les participants,
Je souhaite que vous puissiez échanger avec franchise, dans la courtoisie et dans la plus grande élégance. Pour ma part, j’attends impatiemment les conclusions des travaux de cette huitième conférence en vous invitant à garder à l’esprit que les diagnostics sans complaisance précèdent les thérapies les plus efficaces.
C’est sur cette note d’espoir et d’encouragement, et tout en souhaitant plein succès à vos travaux, que je déclare ouverte la huitième conférence annuelle des personnels de la Garde de sécurité pénitentiaire.
Je vous remercie !