Le ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique (MJDHPC) a organisé un atelier de plaidoyer le jeudi 13 décembre 2018 dans la salle de conférence du Liptako Gourma, en vue de convaincre les acteurs du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) sur la nécessité de prendre en compte l’Approche basé sur les droits humains (ABDH) dans la programmation du développement.

Cette rencontre a été présidée par le Secrétaire général, du MJDHPC, Théophile Sawadogo, représentant le Garde des sceaux.

Dans son discours d’ouverture, le Secrétaire général a souligné que l’actuel référentiel de développement, en l’occurrence le PNDES, ne pourrait être effectif sans la prise en compte des droits humains dans toutes les actions de développement de notre pays. Pour cela a-t-il ajouté que l’ABDH est l’outil approprié car étant « une approche mettant l’homme au cœur des questions de développement tout en tenant compte des groupes vulnérables ».

L’ABDH va donc « contribuer largement à promouvoir la rationalisation et la durabilité des initiatives de développement, à rendre les bénéficiaires plus autonomes, en particulier les groupes vulnérables, de façon à ce qu’ils participent à la formulation des politiques et tiennent pour responsables ceux dont le pouvoir est d’agir ».

Selon Théophile Sawadogo, «pour amorcer le virage du développement dans notre pays, on ne peut rompre le lien avec le ministère de l’Economie, des Finances et du Développement qui est le principal acteur du secteur économique et financier, et dont les principales attributions consistent à la formulation, la coordination et la mise en œuvre des politiques et stratégies économiques et sociales, de l’appui à la formulation des documents d’orientations stratégiques, du suivi et de l’évaluation des politiques publiques, des projets et des programmes de développement, etc. »

De ce point de vue, a-t-il ajouté, il est nécessaire que les responsables du MINEFID, avec à leur tête Mme le ministre, s’approprient l’ABDH afin de donner des orientations aux autres départements ministériels et institutions de même qu’aux collectivités territoriales pour favoriser l’application de cette approche dans toutes les actions de programmation du développement qu’ils viendront à conduire.

Le Secrétaire général du MJDHPC s’est réjoui de la tenue de cette rencontre, intervenant après une session de formation organisée par le MJDHPC au profit des directeurs techniques des Directions générales des études et des statistiques sectorielles (DGESS) de 8 ministères.

Au terme de la cérémonie d’ouverture, il a formulé le vœu qu’un comité restreint composé de techniciens des deux ministères (MINEFID et MJDHPC) soit mis en place afin d’élaborer des outils pour la prise en compte de l’ABDH dans toutes les étapes de la programmation. Aussi a t-il remercié Mme le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement ainsi que ses collaborateurs pour leur disponibilité et l’intérêt accordé au plaidoyer.

Léonard YAMIOGO