Pour une contribution efficiente à la mise en œuvre de la loi n°004-2015/CNT du 03 mars 2015, portant prévention et répression de la corruption au Burkina Faso, il est intervenu ce jeudi 13 décembre 2018 au cabinet du ministre de la justice, des droits humains et de la promotion civique, garde des sceaux, Bessolé René Bagoro, la signature d’une convention de partenariat entre le ministère et le REN-LAC.

Outre l’adoption de cette loi, le ministère de la justice, des droits humains et de la promotion civique a impulsé une réforme qui a abouti à la création de pôles judiciaires spécialisés dans la répression des infractions économiques et financières et la criminalité organisée. Ce renforcement de cadre législatif et institutionnel de lutte contre la corruption devrait contribuer à faire reculer les crimes économiques au Burkina Faso.

En vue de mieux cerner les effets de ces réformes sur la lutte contre la corruption et déceler éventuellement les points de blocages qui pourraient susciter des actions de plaidoyer pour leur résolution, il est apparu nécessaire pour le REN-LAC de mettre en place un dispositif de suivi de l’application de la loi anti-corruption par les différents acteurs concernés, aussi bien dans son volet prévention et répression que pour ce qui concerne la coopération internationale et le recouvrement des avoirs.

C’est à cette fin que le REN-LAC et le ministère de la justice établissent la présente convention. Une convention qui vise à encadrer et à faciliter le suivi de la mise en œuvre de la loi anti-corruption devant les juridictions répressives par le REN-LAC.

La délégation du REN-LAC était conduite par son secrétaire exécutif adjoint Sagado Nacanabo en compagnie du trésorier général Maffing Kondé, du gestionnaire des programmes Harouna Sinon et du chargé des affaires juridiques et judiciaires, Aboudou Samadou Fidel Zerbo.

Le ministre de la justice, des droits humains et de la promotion civique, garde des sceaux avait autour de lui, le secrétaire général, Théophile Sawadogo, le directeur général de la justice civile, Dieudonné Manly, de Adama Sawadogo, DEGESS du ministère, de Sébastien DAILA, directeur du développement et de l’innovation et de madame Koné Alizèta, directrice des affaires pénales et du sceau.

Le ministre Bagoro a salué les acteurs du REN-LAC pour la franche et constructive collaboration avec son département.

 

Karamogo DIABAGATE