Le ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique, Garde des Sceaux, Bessolé René BAGORO a accodé une audience à une délégation de l’ONUDC dans l’après-midi du mercredi 24 mai 2017.
Le conseiller anti-corruption, Samuel De JAEUERE accompagné de TATIANA CHELLI, ont évoqué avec le Garde des Sceaux des questions liées à lutte contre la corruption en Afrique occidentale.
Selon le conseiller de l’ONUDC, « le gouvernement du Burkina Faso a le meilleur cadre de lutte contre la corruption (l’ASCE-LC, le RENLAC et autres associations de lutte) ».
Il salué les efforts du gouvernement en matière de réforme au niveau de la Justice et des Droits humains, toute chosequi renforce les capacités institutionnelles de l’Etat.
L’ONUDC mène une mission avec le Programme sahel pour jauger la qualité des relations entre les structures de lutte anti-corruption et les systèmes judiciaires des pays de l’Afrique de l’ouest. Cette mission travaille également dans le domaine de la sécurité pour développer des stratégies de prévention de lutte contre l’insécurité et le terrorisme.
« Nous saluons l’ONUDC, qui accompagne les efforts du gouvernement en matière de lutte contre la corruption. Pour ce qui concerne mon département, nous sommes résolument déterminés à combattre la corruption jusque dans ses racines. Pour y arriver nous avons pris plusieurs textes portant répression de la corruption au Burkina Faso. Nous avons créé des pôles économiques spécialisés (un au Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou et un autre au TGI de Bobo Dioulasso), spécialisés pour connaitre des affaires de corruption, blanchiment d’argent, de détournement de deniers publics et un pôle spécialisé anti-terroriste qui sera logé au Tribunal de grande instance de Ouaga II.
Le processus de mise en œuvre de ses pôles commencera en juin prochain. Nous sommes en contact avec le Conseil supérieur de la magistrature pour la nomination des juges et des substituts du procureur devant animés ces pôles économiques spécialisés. Nous avons besoin encore du soutien de l’ONUDC pour poursuivre la formation du personnel qui animera ses pôles spécialisés » a dit le ministre BAGORO.
Il était assisté par le Conseiller technique Issa FAYAMA et le chargé d’étude Anselme TARPAGA du Secrétariat général.2626